Cultiver des Relations Positives

Les relations sociales forment une condition nécessaire, mais non suffisante pour un bonheur élevé. Elles ne garantissent pas le bonheur, mais il n’est pas possible sans elles” Martin Seligman

Les relations humaines positives

 
Les relations humaines jouent un rôle crucial dans notre bien-être émotionnel et mental.
Le bonheur n’est pas possible sans les relations avec les autres.

Les personnes qui ont su créer de bonnes relations considèrent leur vie plus satisfaisante, sont moins sujettes à la dépression et à d’autres troubles psychologiques.

 Cette causalité va d’ailleurs dans les deux sens : pouvoir compter sur ses proches facilite le bonheur de vivre et être heureux conduit à entretenir des relations proches avec d’autres personnes.

 

De façon plus spécifique, des études établissent que le bonheur est associé à divers aspects de nos relations sociales comme : le nombre d’amis, le temps passé avec eux, la fréquence des interactions sociales, les activités de loisirs en groupe et la participation à des associations volontaires, l’ouverture de soi aux autres, l’attention portée à nos partenaires, le comportement altruiste.

  Deux idées importantes se dégagent :

 – Les contacts amicaux déterminent fortement le bonheur, plus fortement que les relations familiales. 
– Les gens heureux sont plus sociables, plus aptes à entretenir des relations sociales, à y trouver du plaisir, à rencontrer un partenaire pour vivre en couple, à s’adonner à plus d’activités.

Aimer et être aimé joue un rôle primordial pour notre épanouissement et une vieillesse heureuse.

 

 Notre bonheur passe par des relations sociales positives et quelques propositions pour les développer et les améliorer à travers la gratitude et la communication.
 

Cultiver la gratitude dans les relations 

 

La gratitude va au-delà du sentiment de reconnaissance. Il s’agit d’une appréciation plus profonde pour quelqu’un ou quelque chose, produisant des effets positifs plus durables ; elle peut également se manifester sous une forme physique à travers divers actes de gratitude.

 La gratitude est un acte désintéressé effectué sans condition pour montrer notre appréciation, et non parce que nous sommes à la recherche de quelque chose en retour.

 Nous pouvons par contre, nous attendre à un juste retour des choses, car la gratitude est souvent contagieuse, dans le bon sens. C’est une forte source d’émotion positive. Elle fonctionne également par sa réciprocité : la gratitude consiste en un échange d’émotions positives. Quelqu’un accomplit un acte de gratitude pour une personne. A son tour cette personne souhaite faire quelque chose de bénéfique pour cette dernière ou pour toute autre personne.

Les effets  positifs de la pratique de la gratitude sont nombreux : 

  – Les personnes sont plus sociable que les autres, plus susceptibles d’apporter leur soutien affectif ou d’aider quelqu’un en faisant face à un problème personnel.
  – Leurs objectifs sont moins matérialistes.
  – Elles ignorent plus facilement le sentiment d’envie.

De nombreux exercices sont proposés dans le livret de la gratitude-attitude à télécharger ci-dessous. 

 

Favoriser la communication positive pour cultiver des relations positives

 

La manière dont nous communiquons influence grandement la qualité de nos relations.  La communication constructive, axée sur quelques outils encourage le dialogue ouvert et contribue à des interactions positives et édifiantes.

1 Éviter la critique : elle est souvent inutile dans les relations 

La critique ne mène nulle part.  Elle met notre interlocuteur sur la défensive qui se ferme.
Soit la critique blesse son amour-propre et la personne finit la plupart du temps par vous en vouloir et  il est donc quasi impossible d’obtenir un changement soit…

La critique est différente d’un esprit critique qui permet de prendre du recul et de prendre des décisions.

   Deux sagesses anciennes nous invitent à réfléchir avant de parler !

Un des 4 accords toltèques peut nous guider : Que votre parole soit impeccable.
Il nous invite à nous exprimer de façon consciente pour :

  • Surveiller nos pensées qui se transforment en paroles afin d’apprendre à ne plus nous juger ou juger les autres.
  •  Exprimer des choses qui nous appartiennent vraiment et non par peur ou par mimétisme
  •  Porter notre attention sur la bienveillance et la parole juste et bonne


Et Socrate nous invite à nous assurer que tout ce qu’on dit est
vrai, utile et bon sinon il est inutile de communiquer !
Nous questionner avant de nous exprimer va sérieusement améliorer la qualité de nos relations.

2 Pratiquer la communication non-violente

Un des points que je trouve très intéressant dans la CNV est la prise en compte de ses besoins.
Bien souvent, lorsque les relations se tendent ou deviennent conflictuelles, c’est qu’il y a conflit d’intérêt et que nous faisons des reproches à l’autre sans prendre en compte nos besoins et les avoir exprimés clairement au préalable.

Par exemple, quand Marc, qui travaille sur un projet complexe avec Sophie, ressent de plus en plus de stress et de frustration. Il constate que Sophie ne contribue pas autant qu’il le souhaiterait au projet et sa tension risque de faire des reproches et de mal interpréter le comportement de Sophie.
Avec la CNV, Marc va pouvoir expliquer son besoin et exprimer une demande claire.

 “Sophie, je remarque que ces derniers jours, nous n’avons pas travaillé autant ensemble sur le projet que je l’avais imaginé. »

Sentiments : « Je me sens stressé et un peu dépassé par la complexité du projet. »

Besoins : « Mon besoin ici est d’avoir un soutien et une collaboration plus étroits pour que nous puissions accomplir nos tâches plus efficacement. J’ai besoin de sentir que nous sommes sur la même longueur d’onde. »

En exprimant ses besoins de manière ouverte et honnête, Marc évite de blâmer Sophie et crée un espace propice à la compréhension mutuelle. En retour, Sophie peut exprimer ses propres sentiments et besoins, et ensemble, ils peuvent trouver des solutions qui répondent aux besoins des deux parties, favorisant ainsi une collaboration plus harmonieuse.

La communication non violente nous invite à :

  •  Observer Plutôt que de juger
  •  Rester objectif et se centrer sur les faits plutôt que sur les ressentis et les interprétations 
  •  Chercher des solutions où aucun des deux ne risque de se sentir en difficulté en lui imposant un point de vue non négociable
  •  Raisonner en termes d’émotions et de besoins insatisfaits plutôt que d’accuser ou juger l’autre
  •  Formuler des demandes sous forme de questionnement plutôt qu’exiger
  •  Faire preuve d’empathie et reconnaître à l’autre ses émotions et ses besoins

La pyramide de MaslowEn fonction de nos besoins, nous faisons des choix aussi face à ce choix, se demander à quel besoin il répond.

Pour chacun d’entre nous, 5 besoins principaux ont été recensés et hiérarchisés par Abraham Maslow dans les années 1940 (Pyramide de Maslow ci-jointe) : la survie, la sécurité, l’appartenance, la reconnaissance, la réalisation de soi.

En accordant de l’attention et en considérant notre propre besoin, en recherchant comment le satisfaire, nous pouvons éviter de demander à l’autre de répondre à notre besoin implicitement, source de tensions dans les relations.

3  Pratiquer l’encouragement, donner envie,  partager son enthousiasme.

Inspirer et partager son enthousiasme est un puissant catalyseur pour motiver les autres à embrasser une direction. Plutôt que de critiquer, communiquer avec passion et positivité crée un environnement propice à la collaboration.
En partageant notre enthousiasme, nous éveillons la curiosité et le désir d’explorer de nouvelles voies ensemble. Cette approche favorise un sentiment d’appartenance et encourage l’engagement, car les personnes sont plus enclines à se mobiliser lorsqu’elles sont guidés par l’enthousiasme plutôt que par la critique.
En fin de compte, l’inspiration crée un élan collectif qui peut transformer les défis en opportunités.
L’enthousiasme est contagieux et va ouvrir un champ relationnel positif et constructif.

4 S’intéresser à l’autre et cultiver l’empathie 

Comprendre les émotions et les perspectives des autres est essentiel pour des relations humaines positives. Écouter et chercher à connaître l’autre, à le comprendre, s’intéresser aux autres et les complimenter plutôt que de ne parler que de soi crée un lien de proximité positif.

En plaçant notre interlocuteur au centre de notre attention et en faisant preuve d’empathie pour ce qu’il vit, c’est à-dire à se mettre à sa place, cela renforce la connexion émotionnelle et favorise la compassion.
L’empathie permet de mieux comprendre l’autre en changeant de point de vue. Cette attitude constructive et ouverte invite aussi au pardon. En sachant reconnaître nos erreurs, nous pouvons aussi accepter les erreurs des autres et initier un désir de pardonner.

5 En en cas de désaccord ou de conflit,

nous pouvons tendre à une certaine maîtrise de nous-même en vue du résultat final gagnant-gagnant plutôt que gagnant-perdant.

Quelques astuces à mettre en pratique :

  •  Ne pas céder pas à sa première impulsion, et laisser filer ce temps d’énervement, avant de commencer à s’exprimer.
  •  Maîtriser sa colère au risque de ne rien obtenir. Laisser s’exprimer la personne dans un premier temps exposer ses problèmes, reproches ou opinions sans l’interrompre.
  •  Chercher les points de discussion où un terrain d’entente est possible et porter l’attention sur ces points.
  • Savoir être honnête, en reconnaissant ses torts et ses erreurs. Votre interlocuteur sera étonné car peu de personnes réagissent ainsi.
  • Chercher à reconnaître les forces et les points positifs de votre interlocuteur afin d’éviter de tourner en boucle sur ses failles ou ses défauts et proposer une porte de sortie.
  •  Dire à votre interlocuteur que vous allez corriger vos erreurs pour qu’il n’y ait plus tous ces reproches à vous faire et le faire réellement.
  • Le remercier d’avoir pris le temps de discuter avec nous et lui demander de ne pas hésiter à vous faire part de ses soucis et de ses reproches à votre égard.

 

 Ainsi, la gratitude, la communication positive, la reconnaissance des forces et l’empathie sont autant d’outils qui nous permettent d’élever nos interactions à un niveau plus élevé et de garder en tête que
le lien et la qualité de la relation sont plus importants que le résultat.

En investissant dans des relations positives, nous contribuons non seulement à notre bonheur personnel, mais nous créons également un impact positif sur le bien-être de ceux qui nous entourent. 

Cultivons ensemble des relations humaines positives et enrichissantes pour un monde où chacun peut s’épanouir.

 

 

Je partage